Skip to content

FONDATION JÉRÔME SEYDOUX-PATHÉ

  • Accueil 
  •   > Agenda
  •   > Kinétraces : "Maldone", Jean Grémillon, 1928 (1h42)

Séance spéciale

Kinétraces : "Maldone", Jean Grémillon, 1928 (1h42)

Séance présentée par Paul Cuff, docteur de l’Université de Warwick et historien du cinéma qui travaille au Royaume-Uni. Il est l’auteur de nombreux articles sur le cinéma muet, la littérature et le cinéma, et les cultures sonores ; il s’intéresse particulièrement à l’œuvre d’Abel Gance, à laquelle il a consacré deux monographies.



Maldone, 1928 (1h42)

France

Réalisation : Jean Grémillon

Assistants à la réalisation : Georges Lacombe, André Barsacq

Scénario : Alexandre Arnoux

Photographie : Georges Périnal, Christian Matras

Décors : André Barsacq

Production : Société des Films Charles Dullin

Avec : Charles Dullin, Genica Athanasiou, Geymond Vital, André Bacqué, Marcelle Dullin, Annabella, Roger Karl, Georges Séroff


Olivier Maldone, un riche fils de famille, a quitté les siens pour l'aventure. Ouvrier sur un canal, il tombe amoureux de Zita, une gitane, au cours d'une fête de village. Suite à la mort de son frère, Maldone est rappelé par sa famille. Il redevient propriétaire terrien et épouse la fille d'un voisin. Des années plus tard, Maldone ne supporte plus cette vie installée, obsédé par le souvenir de Zita après l'avoir revue par hasard.


Maldone est le premier film de long métrage de Jean Grémillon, sorti en 1928. Écrit par Alexandre Arnoux, le film a été produit par l’acteur Charles Dullin, qui tient le rôle principal d’Olivier Maldone.

Le drame est centré sur le vagabond Maldone, qui doit devenir un homme respectable pour pouvoir épouser Flora (jouée par Annabella) et prendre possession de son château familial. Mais il a passé vingt ans sur la route, et ses pensées reviennent à son ancienne vie - et à la belle bohémienne Zita (Genica Athanasiou). Ainsi que le lui déclare une voyante, Maldone est destiné à être « un homme et son ennemi dans le même homme ». Grémillon capture la fortune vacillante de Maldone par un flux rythmique d’images : paysages, surimpressions, montage rapide. Tourné en extérieur avec la technologie récente de la pellicule panchromatique, le film est à la fois réaliste et poétique, langoureux et haletant. Sa beauté picturale et son panache rythmé font de Maldone un des grands films du cinéma muet français.


Copie 35mm, CNC


Toutes les séances sont accompagnées par les pianistes issus de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel (CNSMDP). 


En partenariat avec






-