OCT
  • VEN
    20
    OCT
  • SAM
    21
    OCT
  • DIM
    22
    OCT
  • LUN
    23
    OCT
  • MAR
    24
    OCT
  • MER
    25
    OCT
  • JEU
    26
    OCT
  • VEN
    27
    OCT
  • SAM
    28
    OCT
  • DIM
    29
    OCT
  • LUN
    30
    OCT
  • MAR
    31
    OCT
  • MER
    1
    NOV
  • JEU
    2
    NOV
  • VEN
    3
    NOV
  • SAM
    4
    NOV
  • DIM
    5
    NOV
LA FONDATION JEROME SEYDOUX - PATHE PRESENTE

LAUREL & HARDY !

du 21 octobre au 7 novembre 2017

 

En 25 années de carrière et plus d’une centaine de films à leur actif, Stan Laurel et Oliver Hardy se sont rapidement imposés comme un de ces couples évidents dont le cinéma a le secret. Pour ces vacances de la Toussaint, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé vous propose de redécouvrir ces deux joyeux lurons, au travers du cycle Laurel & Hardy ! composé d’une trentaine de films provenant des collections de Lobster Films. C’est l’occasion de revenir sur les moments phares de ce duo incontournable du grand écran, en projetant par exemple Deux cents ans de prison (1927) réalisé par Fred Guiol, le premier film officiel qui réunit les deux acteurs.

Laurel et Hardy, ce sont avant tout deux silhouettes inoubliables, l’un grand et gros, l’autre petit et maigre. Ce sont également deux caractères, l’un rêveur et poète qui s’ignore, l’autre faussement raisonnable. Le ressort de cette complicité tient à cette complémentarité : si Laurel est malgré lui à l’origine de bien des situations absurdes voire graves et ne s’en rend pas compte, Hardy au contraire en a pleinement conscience ; seulement les décisions qu’il est amené à prendre ne font qu’aggraver la situation, qui s’enfonce encore plus dans le loufoque.

Laurel et Hardy c’est en définitive une promesse : celle de joyeuses maladresses, de situations cocasses, de franches empoignades, de démolitions où l’on s’en donne à cœur joie. Revoir Laurel et Hardy, c’est inhaler sans le savoir des gaz hilarants, à l’instar des deux complices dans l’excellent Laissez-nous rire (1928) réalisé par Clyde Bruckman.

 

Les séances sont accompagnées au piano par les élèves de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

PROCHAINEMENT