12/12/2015

L'aventure Albatros

 

DU 6 JANVIER AU 2 FEVRIER 2016

EN COLLABORATION AVEC LA CINEMATHEQUE FRANCAISE

 

« C’était plein d’émigrés qui couchaient dans les loges… Le tailleur et raccommodeur était un général tsariste ; le cuisinier, un pope ; le chef machiniste, un colonel cosaque. » C’est ainsi que l’acteur Charles Vanel a décrit, dans ses mémoires, l’effervescence qui a agité un hangar de Montreuil au début des années 1920. Au 52, rue du Sergent-Bobillot, sous la houlette de Joseph N. Ermolieff, l’industrie cinématographique russe tentait de survivre à la révolution d’Octobre.

 

Joseph N. Ermolieff, né en 1889, a été embauché en 1907 par la filiale moscovite de Pathé. D’abord projectionniste, puis directeur, il finit par créer sa propre compagnie, la Société Ermolieff.

Fuyant la nationalisation du cinéma par les bolcheviks, Ermolieff arrive à Paris en 1920. Là, il reprend contact avec Pathé, qui lui loue un hangar à Montreuil. Puis, il s’associe à Alexandre Kamenka, homme d’affaires russe arrivé en France en 1918. La Russie est alors à la mode, et les deux  hommes profitent de la veine orientaliste pour montrer au public ce que l’on attend d’eux : un univers rempli de princesses, de tsarines, où le Japon se mêle à l’Arabie, à la Chine ou à la Russie. Le succès est immédiat.

En 1922, Ermolieff et Kamenka se séparent.  Les Films Ermolieff  deviennent les Films Albatros que dirigera Alexandre Kamenka. Ce dernier privilégie le travail des émigrés russes installés en France (Volkoff, Mosjoukine, Tourjansky...) mais s’ouvre également à de grands metteurs en scène français comme René Clair, Marcel L'Herbier, Jean Epstein ou Jacques Feyder.

Mais, dès le milieu des années 1920, l’Albatros est à la peine face au cinéma commercial hollywoodien. L’arrivée du parlant à partir de 1927 signe la mort de la société. Alexandre Kamenka produira néanmoins les Bas-Fonds de Jean Renoiravec Jean Gabin et Louis Jouvet en 1936.  

 

Pour ce début d’année, La Fondation Jérôme Seydoux Pathé a choisi de donner un coup de projecteur sur cette période fertile de l’histoire du cinéma. Seize films y seront présentés. Des grands classiques de l'avant-garde française d'une qualité unique.

 

LES DEBUTS D'ALBATROS

L’Angoissante aventure de Jacob Protazanoff

LES ACTEURS EMBLEMATIQUES

La Riposte de Viatcheslav Tourjansky

Le Chiffonier de Paris de Serge Nadejdine

L'Heureuse Mort de Serge Nadejdine

Le Lion des Mogols de Jean Epstein

LES REALISATEURS EMBLEMATIQUES

La Dame Masquée de Viatcheslav Tourjansky

La Cible de Serge Nadejdine

Les Ombres qui passent d'Alexandre Volkoff

LA COLLABORATION AVEC LES CINEASTES FRANCAIS

L'Affiche de Jean Epstein

Les Nouveaux Messieurs de Jacques Feyder

MAUPASSANT

Ce Cochon de Morin de Viatcheslav Tourjansky

Les Lèvres Closes de Gustaf Molander

QUAND LES ACTEURS PASSENT A LA REALISATION

Le Brasier Ardent de Ivan Mosjoukine

Le chasseur de chez Maxim's de Nicolas Rimsky et Roger Lion

LES DECORATEURS

Cagliostro de Richard Oswald assisté de Marcel Carné

Le Chant de l'amour triomphant de Viatcheslav Tourjansky


Toutes les copies du cycle L'Aventure Albatros proviennent de la Cinémathèque française et ont été restaurées à partir de matériaux de conservation et négatifs issus de ses collections.

 

Toutes les séances sont accompagnées au piano par les élèves de la classe d'improvisation de Jean-François ZYGEL, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.