3/11/2021

En mouvement ! Naissance du cinéma.

En mouvement ! Naissance du cinéma.

du 24 novembre au 7 décembre 2021

 

Le Musée d’Orsay montre jusqu’au 16 janvier 2022 Enfin le cinéma ! Arts, images et spectacles en France (1833-1907), une exposition composée de près de trois cents œuvres qui rapprochent la production cinématographique française des années 1895-1907 avec la photographie et les autres arts. La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé s’associe à cette exposition et propose, du 24 novembre au 7 décembre 2021, un cycle d’une soixantaine de films répartis en séances thématiques.

 

Ces séances mêlent vues documentaires prises sur le vif, scènes de fiction comiques, à trucs, animées ou grivoises et films scientifiques produits entre 1895 et 1912. Elles rassemblent les premières images d’un monde en mouvement qui a stupéfié le public de l’époque. Mais pour comprendre comment le cinématographe a pu livrer un tel spectacle, il faut revenir aux films chronophotographiques datant de 1889 à 1904 d’Étienne-Jules Marey qui consacra sa vie à l'étude du mouvement animal et humain, soucieux de « voir l'invisible ». L’invisible résidant également dans le microscopique et ce que la nature humaine retient d’indécelable, le monde scientifique –Jean Comandon, Eugène Doyen, ou encore le photographe Albert Londe – s’empare de l’instrument cinématographique pour étudier la nature et les comportements, analyser les organismes, disséquer, enregistrer l’expérience pour mieux en rendre compte. Les progrès de la médecine s’accompagnent de développements retentissants dans le domaine des transports. Aéroplane, train, paquebot, automobile rendent bientôt accessible un monde jusqu’alors jugé hors de portée. Le cinéma s’imprègne de cet élan, il est le témoin et le vecteur d’un monde en mutation. Opérateur pour la société Pathé, Camille Legrand parcourt la route des Indes et l’Extrême-Orient et pourvoit les cinémas en vues exotiques appréciées du public. Les points de vue se diversifient, les désirs s’accroissent. On assiste à l’essor des villes et à l'augmentation de la population urbaine. Le travail, le commerce, les loisirs, la communication, la vie sociale et culturelle font battre le cœur des cités. Le nouveau spectateur se divertit au spectacle, dans les foires, les théâtres et les salles de cinéma. Georges Méliès, Segundo de Chomon, Ferdinand Zecca, Alice Guy, Emile Cohl lui offrent l’émerveillement. Le cinéma restitue et transcende le vivant, il est vivace et changeant. Il lui procure un formidable moyen d’assouvir sa curiosité, sa soif de découverte du monde et de ses semblables.

 

Toutes les séances sont accompagnées par les pianistes issus de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris).