AVRIL
  • VEN
    19
    AVRIL
  • SAM
    20
    AVRIL
  • DIM
    21
    AVRIL
  • LUN
    22
    AVRIL
  • MAR
    23
    AVRIL
  • MER
    24
    AVRIL
  • JEU
    25
    AVRIL
  • VEN
    26
    AVRIL
  • SAM
    27
    AVRIL
  • DIM
    28
    AVRIL
  • LUN
    29
    AVRIL
  • MAR
    30
    AVRIL
  • MER
    1
    MAI
  • JEU
    2
    MAI
  • VEN
    3
    MAI
  • SAM
    4
    MAI
  • DIM
    5
    MAI

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Mar. 23 Avril 2019 à 17h00

Mar
23
AVRIL
17h00
Programme "Entr'acte" (40min) présenté par Patrick De Haas

Du 10 au 30 avril 2019, en partenariat avec le Centre Pompidou, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé propose un cycle consacré au cinéma des premiers temps et à ses liens avec les avant-gardes artistiques. 

Toutes les séances sont accompagnées au piano par les élèves de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris).

 

 

 

La séance est présentée par Patrick De Haas *

Programme : « Entr’acte » (40min)

 

« Pour moi je saurai me résigner facilement à n’admettre aujourd’hui dans le monde des images ni règle ni logique. La merveilleuse barbarie de cet art me charme. », déclare René Clair en 1925 (« Rythme », Les cahiers du mois, n° 16-17, octobre 1925, p. 15). Avec son deuxième film, Entr’acte, commandé par Rolf de Maré pour être diffusé pendant l’entr’acte du ballet Relâche, écrit par Picabia, René Clair signe un film sans scénario, ou du moins sans continuité logique et narrative apparente. Relâche est un « Ballet instantanéiste en deux actes, un entr’acte cinématographique, et « la queue du chien », selon Picabia, qui signe aussi les décors. La musique est d’Erik Satie, désigné à la première comme le plus grand musicien du monde, et l’orchestre de 20 musiciens est dirigé par Roger Désormière. René Clair est alors considéré comme un simple technicien de l’image. Pour ce film devient rapidement un manifeste de l’avant-garde. II réunit la bande d’amis (le peintre Louis Touchagues, les journalistes Georges Charensol et Pierre Scize, ainsi que Marcel Duchamp et Man Ray) et synthétique les obsessions dada et les nombreuses références au cinéma des premiers temps (prise de vue image par image, gag, course-poursuite, arrêt caméra provoquant des disparitions, etc.). Ce sont ces films qui ont pu inspirer et marquer René Clair qui sont présentés en avant-programme.

 

Entr’acte, 1924 (24min)

Réalisation : René Clair

cénario : Francis Picabia

Musique : Erik Satie

Opérateur : Jimmy Berliet assisté de R. Caillaud et de Georges Lacombe

Régisseurs : Prieur et Gastaldi

Production : Les Ballets Suédois

Avec Erik Satie, Francis Picabia, Jean Börlin, Inge Friis, Marcel Duchamp, Man Ray, Rolf de Maré, Marcel Achard, Georges Auric, Georges Charensol, Roger Le Bon, Jean Mamy, Darius Milhaud, Kiki de Montparnasse, Pierre Scize et Louis Touchagues.

 

précédé de :

 

Danse au ralenti (50sec)

Ballerine filmée au ralenti évoluant sur une scène en plein air.

 

Les Ballets suédois, 1927 (1min)

Actualité

Supplément pour les agences. Les ballets suédois comprenant les premiers sujets danseurs et danseuses des théâtres royaux de Scandinavie, vont débuter à Paris.

 

L’Homme à la tête de caoutchouc, 1901

Réalisation : Georges Méliès

 

Aéroplane de Fouinard, 1911 (4min)

Scène comique

Réalisateur : Alfred Machin

Avec : Georges Vinter

Production : Pathé Frères

Fouinard, pauvre diable cherchant un coup à faire, dérobe à une devanture de jouets un grand moulin en papier. Ce fut son premier vol. Poursuivi, notre vagabond enjambe une bicyclette, entre en collision avec deux porteurs et prend leurs cartons en écharpe. Ainsi transformé en aéroplane, le moulin à papier servant d’hélice, le nouvel aviateur s’élève dans les airs, effectuant ainsi son second vol.

 

La Course à la perruque, 1912 (5min)

Scène comique

Production : Pathé Frères

Réalisateur : Georges Hatot

Scénario : André Heuzé

Décors : Hugues Laurent

Avec : André Deed ; René Grehan

Pendant qu’un marchand de ballons sommeille sur un banc, des gamins lui dérobent ses ballons et, cherchant une victime, les accrochent au chapeau d’une vieille dame. Le chapeau s’envole et avec lui… la perruque de la dame. Furieuse, elle s’élance à la poursuite de son chapeau et de sa chère perruque, le marchand de ballons lui emboîte le pas et tous deux sont bientôt suivis d’une foule nombreuse et variée.

 

A Luna Park, 1927 (2min)

Actualité

 

* Patrick de Haas a enseigné l'histoire de l'art contemporain à l'Université Paris-1 ; a publié divers ouvrages et articles sur l'art contemporain et le cinéma, entre autres : Man Ray, directeur du mauvais movies (co-dirigé avec Jean-Michel Bouhours, Centre Pompidou, 1990) et Andy Warhol, Le Cinéma comme "braille mental" (éd. Paris-expérimental, 2005). Il a fait paraître en 2018 l'ouvrage Cinéma absolu. Avant-garde 1920-1930 (Mettray éditions).

 

 

-------------------

Offre spéciale valable pour toutes les séances du cycle (du 9 au 30 avril 2019) :

Détenteurs de la carte POP' du Centre Pompidou - tarif réduit : 4€

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

POUR TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME COMPLET, CLIQUER ICI !
Télécharger >
PROGRAMME PAPIER
Télécharger >