AVRIL
  • LUN
    22
    AVRIL
  • MAR
    23
    AVRIL
  • MER
    24
    AVRIL
  • JEU
    25
    AVRIL
  • VEN
    26
    AVRIL
  • SAM
    27
    AVRIL
  • DIM
    28
    AVRIL
  • LUN
    29
    AVRIL
  • MAR
    30
    AVRIL
  • MER
    1
    MAI
  • JEU
    2
    MAI
  • VEN
    3
    MAI
  • SAM
    4
    MAI
  • DIM
    5
    MAI
  • LUN
    6
    MAI
  • MAR
    7
    MAI
  • MER
    8
    MAI

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Ven. 26 Avril 2019 à 16h00

Ven
26
AVRIL
16h00
Programme "Cinéma liquide" (55min)

Du 10 au 30 avril 2019, en partenariat avec le Centre Pompidou, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé propose un cycle consacré au cinéma des premiers temps et à ses liens avec les avant-gardes artistiques. 

Toutes les séances sont accompagnées au piano par les élèves de la classe d'improvisation de Jean-François Zygel (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris).

 

 

 

Programme : « Cinéma liquide » (55min)

En 1896, au seuil de l’histoire du cinéma, Louis Lumière réalise le premier film jamais consacré à un aquarium : dans un réceptacle dénaturalisé, aperspectif, sans ombres et dénué de pesanteur, des poissons disparates se meuvent en tous sens dessinant des tracés omnidirectionnels à la surface du plan. Avec cet aquarium, mettant en abîme le spectacle cinématographique, Louis Lumière modélisait le dispositif de la projection, un geste dont le cinéma scientifique, en particulier celui de Jean Painlevé, resterait durablement tributaire. Un an plus tard, en 1897, un opérateur anonyme de la compagnie donnait de l’Aquarium de 1896 une version domestique, filmant un bocal dans lequel évoluaient des poissons rouges. Au réceptacle rectangulaire et congruent au cadre de 1896 répond la sphère de 1897 s’incurvant à la surface de l’écran, comme une image à l’intérieur de l’image, faisant jouer entre l’air, le verre et l’eau différents indices de réfraction et de transparence et produisant des distorsions et des aberrations dans le traitement du plan. Entre les deux films du catalogue Lumière (le numéro 3 et le numéro 18), se produit un changement complet de paradigme : à la construction optique s’oppose une construction mentale, au dispositif de la vue s’oppose celui de la vision ; car si l’aquarium produit un effet de surface, le bocal ouvre le plan en profondeur s’offrant ainsi à la représentation de l’intériorité.

 

Vue Lumière n°3 , Louis Lumière, 1896 (1min)

Des poissons d’espèces différentes et des grenouilles évoluent dans un aquarium.

 

Vue Lumière n°18 , 1897 (1min)

Des poissons nagent dans un bocal.

Version numérique DCP - Institut Lumière, Lyon

 

La Sirène, 1904 (5min)

Réalisation : Georges Méliès

Scène à trucs

Un gentleman se métamorphose en pêcheur à la ligne et met dans un aquarium des petits poissons qu’il pêche dans son chapeau. Il retrouve soudain ses habits bourgeois, mais le décor a changé autour de lui. Dans l’aquarium, magnifiquement transformé, apparaît une splendide sirène qui se change en une charmante femme. Le gentleman devient le dieu Neptune qui domine le tableau final, au milieu des naïades.

Version numérique DCP - Lobster Films

 

L’Aquarium d’eau douce, 1914 (4min)

Film scientifique

Pathé Frères

Beaucoup de personnes possèdent chez elles un aquarium avec des poissons rouges, comme d’autres possèdent une cage avec des oiseaux. Voici, pour l’amateur éclairé, quelques spécimens d’espèces qui, aux beaux jours, peuvent donner à son aquarium un intérêt beaucoup plus grand.

Version numérique DCP - Gaumont-Pathé Archives

 

La Pieuvre, 1927 (12min)

Film scientifique

Réalisation : Jean Painlevé

« J’ai fait la connaissance de la pieuvre en 1911 : j’avais neuf ans et ma famille m’amena en Bretagne ; j’ai été tellement séduit que c’est ce qui m’a fait choisir la zoologie comme certificat et m’amena en 1922 comme étudiant à mieux connaître cet animal. Elle fut le sujet de mon premier film public en 1927. »
- Jean Painlevé (Les Documents Cinématographiques).

Copie 35mm - Les Documents Cinématographiques

 

The Life of the Lobsters, 1936 (17min)

Réalisation : Moholy-Nagy et John Mathias

Conseiller scientifique : R.J. Daniel

Un documentaire qui s’attache d’une part, à la pêche aux homards et, d’autre part, à la vie violente et aventureuse de ce crustacé. Côté pêche, il est impossible de ne pas faire référence aux films ostendais d’Henri Storck pour la manière très plastique de photographier la mer et l’intérêt pour les gestes du travail, leur précision et leur adresse. Côté zoologie, c’est Jean Painlevé qu’il faut évoquer.

Version numérique DCP - Lightcone

 

La Natation par Jean Taris, 1933 (11min)

Réalisation : Jean Vigo

Production : Gaumont

Documentaire sur le champion de France de natation, Jean Taris.

Trois semaines après la réalisation de ce qui devait constituer le premier volume d’une série sur le sport, et restera finalement prototype sans suite, Vigo le reniait déjà. Pourtant, le traitement que Vigo réserve à l’insu sans doute de son sujet, au champion de France de natation d’alors, tient du prodige d’ironie non méchante : nous saurons tout de la nage en piscine, et à la fois rien, bien sûr. L’effort humain est célébré, mais moquée est sa prétention à s’ériger en modèle.

Copie 35mm sonore - Gaumont. Film restauré en 4K en 2017 par Gaumont avec le soutien du CNC aux laboratoires de L'Immagine ritrovata et L'Image retrouvée.

 

-------------------

Offre spéciale valable pour toutes les séances du cycle (du 9 au 30 avril 2019) :

Détenteurs de la carte POP' du Centre Pompidou - tarif réduit : 4€

 

 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

POUR TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME COMPLET, CLIQUER ICI !
Télécharger >
PROGRAMME PAPIER
Télécharger >