16/12/2016

« YASUJIRO OZU – UN GOSSE DE TOKYO »

Du 25 janvier au 7 Février 2017

 

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé propose aux spectateurs franciliens de découvrir -  ou redécouvrir – six films muets de Yasujirō Ozu, grand maître de l’épure du cinéma classique japonais. Ces longs métrages représentent une période charnière de la carrière du réalisateur. Celle où il allie la veine burlesque de son tout début de carrière, au style noir, social, mélodramatique qui caractérisera par la suite sa filmographie.

Né à Tokyo en 1903, Yasujirō Ozu démarre une carrière d’instituteur dans un petit village de montagne. Le hasard des rencontres fait qu’à l’âge de 19 ans, il est engagé comme assistant-opérateur puis promu au grade d’assistant-réalisateur. Cinq ans plus tard, en 1927, il réalise son premier film.

Ses premières œuvres, période de l’apprentissage, sont des imitations de films américains dans lesquelles se reflète toutefois la réalité japonaise. Mais le krach de 1929 qui plonge les Japonais dans le chômage et la misère change la donne : les films d’Ozu quittent alors la farce et ses étudiants burlesques pour des œuvres plus sombres qui décrivent les conditions de vie d’employés au chômage.

Les six films qui sont ici présentés sont des œuvres-clés du milieu des années 1930, époque au cours de laquelle Ozu devient l’un des plus célèbres réalisateurs du Japon. Il a fait ses preuves dans la comédie comme dans le drame. Mais, quel que soit le genre cinématographique qu’il aborde, il traite de la vie familiale japonaise, témoin des bouleversements sociaux de l’époque.

Ces films magnifiques peuvent être découverts dans les conditions exceptionnelles du ciné-concert. Chaque œuvre sera accompagnée au piano par un élève de la classe d’improvisation de Jean François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.