OCT
  • MAR
    17
    OCT
  • MER
    18
    OCT
  • JEU
    19
    OCT
  • VEN
    20
    OCT
  • SAM
    21
    OCT
  • DIM
    22
    OCT
  • LUN
    23
    OCT
  • MAR
    24
    OCT
  • MER
    25
    OCT
  • JEU
    26
    OCT
  • VEN
    27
    OCT
  • SAM
    28
    OCT
  • DIM
    29
    OCT
  • LUN
    30
    OCT
  • MAR
    31
    OCT
  • MER
    1
    NOV
  • JEU
    2
    NOV

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Mar. 15 Novembre 2016 à 19h00

Mar
15
NOV
19h00
L'Association Kinétraces présente : Alvin Wyckoff, Cecil B. DeMille et l'éclairage Lasky

« L'Homme à la caméra : Du tourneur de manivelle au chef-opérateur »

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé poursuit son partenariat avec l'Association Kinétraces pour un cycle de projections en neuf séances sur les pionniers de l'image cinématographique. Venez parcourir l'histoire d'une conquête professionnelle, technique et artistique, des premiers opérateurs aux as de la manivelle.

 

 

Alvin Wyckoff, Cecil B. DeMille et l'éclairage Lasky

Séance animée par Marion Polirsztok*

« Voici des personnages suivis sur l’écran de leur ombre », salue la romancière Colette dans sa critique du film The Cheat (Forfaiture) en 1916, « leur propre ombre tragique ou grotesque, dont la multiplicité inutile des lampes à arc nous avait jusqu’à cette heure privés ! » Cette introduction de l’ombre, du contraste et du clair-obscur dans l’éclairage cinématographique autour du film culte The Cheat est bien connue ; elle a été dramatisée dans la publicité de l’époque comme « l’éclairage Lasky » ou « l’éclairage Rembrandt ». Derrière cette mutation, il y a le travail conjugué d’un réalisateur, Cecil B. DeMille, et de son chef opérateur, Alvin W. Wickoff, qui collaborèrent dans les studios de la Lasky puis de la Paramount de 1914 à 1923 sur près de 43 films (The Virginian, A Romance of the Redwoods, The Little American, Male and Female, The Affairs of Anatole…)

Notre séance sera consacrée à un film essentiel dans le développement de leur art, Joan the Woman. Première expérimentation du cinéaste dans le film historique à grand budget, le travail du chef-opérateur se doit de mettre en lumière, décors, costumes et batailles qui caractérisent cette grande fresque de l’épopée johannique. Un procédé de colorisation est même mis au point pour le film, le « DeMille-Wyckoff Process », plus tard rebaptisé du nom d’un de ses inventeurs, le « Handschiegl Color Process ». Mais plus encore, DeMille et Wyckoff ont fait de ce film l’évocation intime du destin d’une femme, Jeanne, et d’une actrice, Geraldine Farrar, telles que le cinéma peut les recréer et les transcender par l’ombre et la lumière.

 

JOAN THE WOMAN (Jeanne d'Arc), 1916 (79')

Réalisation : Cecil B. DeMille

Chef-opérateur : Alvin Wyckoff

Production : Cardinal Film Production (Paramount Pictures et Famous Players Lasky)

Interprétations : Geraldine Farrar (Jeanne d’Arc) ; Wallace Reid (Eric Trent) ; Raymond Hatton (Charles VII) ; Hobart Bosworth (Général La Hire) ; Theodore Roberts (Cauchon) ; Tully Marshall (L’Oiseleur) ; H.B. Carpenter (Jacques d’Arc)

Résumé : Jeanne d’Arc est morte pour la France, mais son esprit vit toujours. Elle apparaît à un soldat anglais, Eric Trent, dans une tranchée de la Grande Guerre en France, en 1916, et lui intime l’ordre de racheter ses péchés envers elle. Dans le passé, Jeanne et Eric Trent se sont aimés, mais la jeune paysanne a préféré écouter ses voix et sauver son pays : elle se rend à la cour du roi Charles VII, le reconnaît, gagne sa confiance et remporte la bataille d’Orléans. Mais elle est capturée par l’homme qu’elle a aimé et sauvé. Aux mains de Cauchon, Jeanne est condamnée et brûlée. Le soldat se réveille dans son abri de tranchée et part accomplir une mission au cours de laquelle il trouve la mort. Le spectre de Jeanne apparaît au-dessus du no man’s land.

 

*Marion Polirsztok : Docteure en études cinématographiques, elle enseigne le cinéma à l’université Paris 8, Paris 3 et Picardie-Jules Verne. Ses recherches portent sur l’histoire et l’esthétique du cinéma muet américain, ainsi que sur les discours tenus sur le cinéma à cette époque (vocabulaire, critiques, théories…). 

Projection en 35 mm. Copie restaurée provenant des Archives françaises du film du CNC. 

ance accompagnée au piano, en partenariat avec la classe dimprovisation au piano de Jean-François Zygel du Conservatoire National Supérieur de la Musique et de la Danse de Paris.

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.