11/10/2018

LE GIORNATE DEL CINEMA MUTO à Paris

Une sélection de la programmation de la 37ème édition du festival de Pordenone

Du 6 au 20 novembre 2018

 

Depuis 1982, le festival international LE GIORNATE DEL CINEMA MUTO de Pordenone est présenté annuellement dans la région du Frioul en Italie. La 37ème édition du festival s’est déroulée du 5 au 14 octobre 2018. Pour la première année, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé reprend une sélection de cette programmation dans sa salle Charles Pathé.

 

Chaque année, l’un des plaisirs du festival de cinéma muet de Pordenone est de découvrir les liens inattendus entre les différentes éditions. En couvrant aussi bien des décennies que des pays, ces ponts inopinés fournissent une idée plus nuancée de l’époque du cinéma muet et permettent au public d’aujourd’hui d’aborder ces questions sociales avec un esprit plus critique.

Cet aspect s’est confirmé avec la 37ème édition du festival, essentiellement grâce à la rétrospective consacrée à John Stahl, qui a réuni neuf de ses douze films ayant survécus. La maîtrise du mélodrame a longtemps été reconnue dans les films parlants du cinéaste, mais son œuvre muette est restée plus méconnue. Peu de réalisateurs ont autant révélé le paysage moral et social des femmes américaines après la Première Guerre Mondiale. A l’occasion de cette reprise, La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé présentera trois de ces films (The Song of Life, Memory Lane et The Child Thou Gavest Me), réalisés entre 1921 et 1926 ;

Le rôle des femmes est également mis en évidence dans deux films au programme. Ils ont fait partie de l’hommage rendu au 50ème anniversaire de la publication de l’ouvrage majeur d’histoire du cinéma de Kevin Brownlow « The Parade’s Gone By » (1968). Smouldering Fires et The Home Maker, réalisés tous deux en 1925, défient les notions traditionnelles de la place de la femme avec deux personnages féminins qui aspirent à diriger le cours de leur vie en s’affranchissant des normes sociales.

 

Dans cette optique, sera également présenté La Memoria dell’altro (1914).  Le premier rôle, interprété par l’incandescente diva italienne Lyda Borelli, est celui d’une aviatrice qui défie les espérances de classe. Ce film a fait partie de la programmation consacrée à l’acteur et réalisateur italien, Mario Bonnard, dont les films muets - au même titre que ceux de John Stahl - sont moins connus que les œuvres parlantes.

 

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé présentera également le film Der Goldene Abgrund (1927), réalisé en Allemagne par Mario Bonnard, et adapté de l’œuvre populaire « Rappa Nui », écrite par André Armandy en 1923

 

Dans un ton très différent, deux films dédiés à l’âge d’or du cinéma scandinave, montreront l’influence que les maîtres réalisateurs Victor Sojström et Mauritz Stiller, ont eu sur d’autres réalisateurs de cette période.  Le nom de Carl Theodor Dreyer sera bien-sûr célébré avec le film Prästänkan (1920) qui est une pure merveille. Le film Lasse Månsson fra Skaane (1923) du moins connu Anders Wilhelm Sandberg, réalisateur danois dont le film vaut d’être revu, dépeint des paysages stupéfiants et des effets d’éclairage inouïs.

 

Pour la plupart, ces longs-métrages seront précédés de courts-métrages comiques Pathé KOK, récemment restaurés par la Cinémathèque de Turin, la Cinémathèque de Toulouse et la Cinémathèque Nouvelle-Aquitaine. Ainsi que des publicités d’origine, vantant les mérites de voitures, de farines, ou encore de fours électriques…. Sélectionnés pour leur scénario plein d’humour, ces mises en bouche cinématographiques donnent, un témoignage sur l’époque du cinéma muet.

Jay Weissberg*

 

* Jay Weissberg est critique au magazine américain Variety et directeur du festival LE GIORNATE DEL CINEMA MUTO de Pordenone depuis 2016.


Remerciements particuliers à Jay Weissberg. Ainsi qu’à la Cineteca del Friuli, Library of Congress, UCLA Film & Television Archive, Packard Humanities Institute, Universal, Warner Bros, la Cineteca Nazionale di Roma, la Svenska Filminstitutet, le Centre National de la Cinématographie et de l’Image Animée (CNC), Det Danske Filminstitut, le Muzeo Nazionale del Cinema di Torino, la Cinémathèque de Toulouse, la Cinémathèque Nouvelle-Aquitaine, le BFI, la Deutsche Filminstitut et la Filmoteka Narodowa.