26/01/2016

La naissance de Charlot du 25 février au 15 mars

 

 

L'enfance de Charlot, les Keystone comedies 

En 1914, un petit comédien de music-hall anglais débute au cinéma à la suite d’une offre de la New York Motion Pictures Company.  « Un an de cette affaire et je retourne au Vaudeville en star internationale » se dit Chaplin,  comme il le confessera plus tard dans son autobiographie. En effet, il n’accepte le contrat que pour le salaire qu’on lui propose et la valeur publicitaire qu’il confère au 7eme art.

Les films étant largement improvisés, on lui demande de se confectionner un déguisement avant de tourner. Il décide d’associer tout ce qui s’oppose : pantalon large, veste trop serrée, petit chapeau et grandes chaussures. Pour paraitre plus vieux, il se colle une moustache et s’empare d’une canne. Charlot est né ! 

Charlie Chaplin se laisse prendre au jeu du cinéma et prend progressivement le contrôle devant, mais aussi derrière la caméra. En une année aux Studios Keystone, il tourne 35 films qui le propulsent  vers la célébrité mondiale. 

Suite à un conflit avec son producteur Mack Sennett, Chaplin quitte la société Keystone pour la Société Essanay. C’est le début de la fin pour la Keystone qui ira de déconfiture en déconfiture, pour être liquidée au début de l'année 1917. Les éléments de tirages originaux des films de Chaplin, ou plutôt ceux qui survivaient, soit les négatifs et les intertitres, sont au pire détruits et au mieux dispersés et revendus au poids dans des ventes aux enchères.

Charlot et la Essanay 

En 1915, Charles Chaplin intègre donc la société de production Essanay qui lui offre un cadre de création plus confortable : rythme de production moins effréné - donc plus de temps pour construire sa narration et approfondir son personnage -  et un salaire plus élevé.  Charlie Chaplin devient aussi auteur et réalisateur des comédies dans lesquelles il incarne Charlot. C’est à partir de cette année que son personnage va acquérir une renommée internationale et qu’il se forgera la personnalité qu’on lui connaît.

Au sein des studios Essanay, Chaplin réalisera quatorze courts-métrages qui marqueront un tournant décisif dans sa carrière. The Tramp, avec sa fin triste, reconfigure l’essence même de la comédie telle qu’elle existe alors. D’autres aspects caractéristiques de son style s’inventent à cette même époque : Chaplin danse pour la première fois dans Shanghaied, il systématise le fondu au noir ou à l’iris en fin de film, son personnage du vagabond se construit petit à petit et surtout, le rôle qu’il confère aux femmes change considérablement. Sa rencontre avec Edna Purviance, partenaire de Charlot, mais aussi de Chaplin, est déterminante. Avec elle, Charlot entretient une relation tendre et romantique, ce qui ajoute aussi à la spécificité du personnage un peu poète. 

Mais des désaccords artistiques entre la maison de production et Charles Chaplin mettent fin à la fructueuse collaboration. Charlie Chaplin quitte la Essanay pour rejoindre la Mutual Company en 1916.

Il aura fallu plus de 10 ans de recherches obstinées pour reconstituer ce trésor de l'histoire du cinéma. Une coopération passionnée de Lobster Films, du British Film Institute et de la Cinémathèque de Bologne démarrée en 2002. Non sans récompence puisque le Chaplin Essanay Project vient de remporter le grand prix de la National Society of Film Critics aux USA.

C’est l’intégrale des courts métrages  de Chaplin, produits par la Keystone en 1914 et par la Essanay en 1915,  que la Fondation Jérôme Seydoux- Pathé, en association avec Lobster Films, se propose de faire redécouvrir sur GRAND ECRAN pendant les vacances de Février.