SEPT
  • DIM
    23
    SEPT
  • LUN
    24
    SEPT
  • MAR
    25
    SEPT
  • MER
    26
    SEPT
  • JEU
    27
    SEPT
  • VEN
    28
    SEPT
  • SAM
    29
    SEPT
  • DIM
    30
    SEPT
  • LUN
    1
    OCT
  • MAR
    2
    OCT
  • MER
    3
    OCT
  • JEU
    4
    OCT
  • VEN
    5
    OCT
  • SAM
    6
    OCT
  • DIM
    7
    OCT
  • LUN
    8
    OCT
  • MAR
    9
    OCT

PROJECTIONS

Salle Charles Pathé

Jeu. 27 Septembre 2018 à 14h00

Jeu
27
SEPT
14h00
Programme « Le Cinéma comme révélation » (1h10)

Toutes les séances sont accompagnées par les élèves de la classe d'improvisation au piano de Jean-François Zygel, (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris).

 

 

 

 

 

 

 

 

Programme « Le Cinéma comme révélation  » (1h10)

                                 

Du bain révélateur photochimique, à l’agrandissement lumineux de l’image par la projection, les étapes du cinématographe se donnent à voir comme une méthode de dévoilement : dans le noir de la salle, les yeux s’élargissent et les paupières sont dessillées par la lumière qui se fait sur l’écran. Dans les années 1910 cet imaginaire de la révélation prend également une tournure volontiers juridique, policière, indicielle. Car le cinéma, en tant qu’empreinte lumineuse, garde trace de ce qu’il enregistre, il fixe les actes et les conserve. Le fantasme de l’œil omniscient, objectif et juge de la machine est prégnant. Mais c’est également le caractère « public » de la révélation qui est investi. Une fois agrandies et publiquement projetées, les images incriminantes sont exposées à l’œil mécanique du projecteur ainsi qu’aux regards témoins des spectateurs. Ainsi la salle de cinéma s’apparente à celle d’un tribunal et le processus cinématographique se fait « procès » : de révélation, désignation, dénonciation.

                 

La Vengeance posthume du Dr. William - 1910 (14min)

Réalisation : Louis Feuillade

Production : Gaumont

Résumé : Un homme commet un assassinat, sans savoir que le crime a été filmé par une caméra dissimulée. La projection du film révèle l'identité du coupable à la police.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

 

Erreur tragique - 1912 (25min)

Réalisation : Louis Feuillade

Production : Gaumont

Avec : Paul Manson, Ernest Bourbon, Marie Dorly, Suzanne Grandais, René Navarre

Résumé : En leur château des Cévennes, René et Suzanne de Romiguières vivent une délicieuse lune de miel. Lorsque le jeune marquis se retrouve à Paris pour affaires, il entre désœuvré dans un cinéma entre deux rendez-vous. Là, il reconnait Suzanne parmi les figurants dans une actualité.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

 

The Cameraman’s Revenge - 1912 (12min)

Réalisation : Wladyslaw Starewitch

Résumé : La dernière volonté d’un coléoptère est que son bien le plus précieux - une chope de bière couronnée de belle mousse - revienne à celui de ses deux enfants qui se mariera le dernier.

Film projeté en 35MM, copie provenant de la collection Films Starewitch. Remerciements à la petite-fille du cinéaste-animateur, Léona Béatrice Martin-Starewitch.

 

Amour et science - 1912 (14min)

Réalisation : M. J. Roche

Production : Eclair

Résumé : Max Pledge, jeune savant, est à la recherche de la « vision à distance », c’est-à-dire la vue au téléphone de la personne avec laquelle on communique. Plongé dans ses recherches, il ferme la porte à sa fiancée Daisy. Le but tant désiré atteint par le savant, il lui donne rendez-vous par téléphone le lendemain à 7 heures. Daisy prépare alors une espièglerie afin de punir le jeune homme de l’avoir fait attendre.

Film projeté en 35MM, copie provenant du Eye Filmmuseum.

 

Pour découvrir toute la programmation de la fondation, consultez la frise chronologique ci-dessus.

Pour télécharger toute la programmation, cliquer ci-dessous
Télécharger >